Le parti social-démocrate allemand et la fin de la Quatrième République française (1954-1958)

書誌事項

Le parti social-démocrate allemand et la fin de la Quatrième République française (1954-1958)

Jean-Paul Cahn

(Contacts, Sér. 2 . Gallo-germanica ; v. 18)

P. Lang, c1996

大学図書館所蔵 件 / 2

この図書・雑誌をさがす

注記

Summaries in German and English

Originally presented as the author's thesis (thèse d'Etat)

Includes bibliographical references (p. 483-509) and index

内容説明・目次

内容説明

Le S.P.D. esperait beaucoup de Mendes France en 1954. Qu'un homme de gauche resolve, dans un Etat voisin, les problemes face auxquels les partis conservateurs s'etaient montres impuissants, devait renforcer sa propre credibilite aupres de l'electorat allemand. La France apporta a l'opposition allemande une de ses plus grandes victoires sur Adenauer avec l'echec de la C.E.D. Le parti social-democrate approuva la politique coloniale de Pierre Mendes France, il regretta que la brievete de son mandat ne lui permit pas d'obtenir des resultats en matiere economique, mais, dans la question sarroise, il deplora que l'-homme different- ait fait sienne l'attitude de ses predecesseurs. La solution de ce meme probleme fut l'un des rares sujets de satisfaction pour l'opposition allemande pendant le gouvernement Guy Mollet. L'affaire d'Algerie conduisit a des tensions au sein meme du S.P.D., dont le point d'orgue fut le congres de Stuttgart (1958). A mesure que les menaces sur la Republique se preciserent, le parti d'Ollenhauer se fit de plus en plus critique envers l'Assemblee nationale, tandis qu'il menageait l'executif. Le retour au pouvoir de de Gaulle suscita d'abord de vives inquietudes. Apres les premieres decisions du dernier president du Conseil, celles-ci se deplacerent du General vers son entourage, Jacques Soustelle en particulier."

「Nielsen BookData」 より

関連文献: 1件中  1-1を表示

詳細情報

ページトップへ